BMP-2 Description pictures gallery BMP-2 infantery armoured armored fighting vehicle

English Version
 
 BMP-2 Véhicule blindé léger de combat d'infanterie
 
 

 


Description

Identification

Détails à observer

Galerie Photos

 
 
a
Description
Depuis longtemps les russes voulaient changer leurs BMP-1 qui avaient connu de gros problèmes pendant la Guerre du Kippour, en 1973 et par la suite en Afghanistan. Dans les deux cas le BMP s'était révélé très vulnérable aux armes lourdes d'infanterie et aux armes antichars à moyenne portée, ainsi qu'aux tirs d'artillerie. Son canon se révéla inefficace à cause de son manque de précision et de sa portée extrêmement limitée, et le système de chargement automatique se déréglait souvent. Un autre inconvénient était la hausse limitée du canon -3° à +33°, défaut connu de tous les véhicules russes. Le véhicule est équipé d'un canon de 30 mm que l'on pourrait comparer aux canons des véhicules de combat de l'infanterie mécanisée occidentaux. Le canon soviétique est long de 2,40 mètre et son bouclier carré (par opposition au bouclier en saillie du BMP-1) lui permettrait de s'élever jusqu'à un angle de 50°, faisant ainsi du BMP-2 un excellent moyen de défense contre les avions et les hélicoptères, tout spécialement contre leurs attaques à basse altitude. Les mêmes remarques pourraient s'appliquer à la mitrailleuse coaxiale, etant donné, que la tourelle est placé plutôt vers l'arrière pour des raisons d'équilibre de masses, la hausse négative du canon ne doit pas beaucoup changée par rapport aux modèles précédents. Le missile antichar Sagger est remplacé par le missile de seconde génération AT-5 Spandrel, système à guidage semi-automatique ayant une portée de 4.000 mètres. Il est placé sur un poste de tir fixé sur le toit de la tourelle. Il pourrait être tiré et guidé de l'intérieur de la tourelle. Le rechargement nécessiterait encore que l'on ouvre les trappes, mais il serait facilité étant donné que les conteneurs peuvent être présentés pratiquement verticaux à la trappe d'ouverture, ce qui éviterait le rechargement de la rampe sur le canon, particulièrement dangereux. Des documents mentionnent la possibilité de tirer l'AT-4 Spigot, missile de 2.00 mètres de portée, à partir de la même rampe. Le BMP-2 a trois lance-grenades de chaque côté de la tourelle. On peut s'en servir pour des munitions de mortier fumigènes ou explosives, et également pour des systèmes de défense antichar consistant en engins explosifs qui produisent des éclairs et agissent comme des leurs. Des matériels semblables ont été identifiés sur les dernières versions de chars T72/80/90. Une preuve supplémentaire de ce que les lanceurs ne sont pas uniquement utilisés pour les fumigènes c'est que les soviétiques emploient l'injection de gazole dans les circuits d'échappement afin de produire des écrans de fumée pour leur char. Le véhicule est équipé d'une tourelle biplace avec une place pour le chef de bord, qui dans le BMP-1 s'asseyait à l'avant juste derrière le pilote, position très inconfortable qui limitait sa visibilité sur sa droite. C'est peut-être pour cette raison que de nombreux chef de bord prenaient la place du tireur avec les inconvénients qui en découlent. Pour le BMP-2 , le chef de bord est assis à la droite du tireur et dispose d'un tourelleau relativement confortable. la tourelle est semblable à celle utilisée dans la version de reconnaissance du BMP-1 (M1976), toutefois la nouvelle tourelle semble plus grande , son diamètre est de deux mètres au joint tournant, environ cinquante centimètres de plus que les modèles précédent, une amélioration qui ne corrige que partiellement l'étroitesse intérieure de la tourelle. On a cependant procédé à des changements de spécifications en ce qui concerne l'équipement optique de cette tourelle, améliorant ainsi les capacités de combat. Le projecteur IR a été enlevé de la caisse pour être mis sur le tourelleau. Un projecteur supplémentaire en lumière blanche et en IR destiné au tireur, a été monté à la droite du canon automatique et lui est asservi. Des systèmes optiques améliorés d'observation et de tirs ont été mis en place, à la fois pour le tireur et le chef de bord, le système destiné au chef de bord étant monté sur le tourelleau. Un équipement optique spécial de guidage des missiles antichars a été mis en place sous l'alvéole de fixation du poste de tir. Le chef de char dispose de 3 épiscopes dans son tourelleau; de même que le tireur. Les antennes radio, montées à l'arrière gauche sur le BMP-1, sont placées derrière la tourelle et à droite sur le BMP-2. Au lieu des 4 trappes supérieures du BMP-1, il y en a deux, placées immédiatement au-dessus des portes arrières. L'espace réduit du BMP-2, limite le groupe du véhicule à 6 fantassins au lieu de 8, et il est presque impossible de combattre efficacement depuis l'intérieur. pour pallier en partie ce défaut, un 7° homme peut être mis à l'avant, derrière le pilote, mais cette position se révèlerait inefficace si cette homme devait rejoindre ses camarades pour une action rapide à terre. étant assis dos à dos, les hommes sont censés utilisés leur fusil d'assaut par les embrasures qui sont juste sur le toit de la caisse; C'est possible en théorie, mais dans des conditions de combat pénibles et particulièrement dans les régions au climat chaud, la ventilation insuffisante provoque généralement de fortes concentrations de gaz toxiques de cordite qui incommodent l'équipage. Cela s'est vérifié à plusieurs reprises dans les conflits du Moyen-Orient. Le BMP-2 représente sans doute, un progrès significatif par rapport au modèle précédent, sa principale qualité réside dans sa puissance de feu tandis que ses défauts ergonomiques majeurs restent virtuellement inchangés. Le faible nombre de fantassins transportés réduit considérablement le potentiel de combat, ce qui peut avoir des conséquences sur les techniques de combat char-infanterie et nécessiter des véhicules de transports de troupes supplémentaires avec toute la réorganisation logistique que cela suppose. Le véhicule reste très vulnérable, ceci a été clairement démontré au Liban entre l'Iran et l'Irak. Les portes arrières, servant de réservoirs de carburant, sont facilement traversées par les tirs de mitrailleuse et la réduction du nombre de trappes supérieurs augmente le danger, limitant les possibilités d'évacuation pour les survivants. Le BMP-2 , par son canon de moyen calibre à tir rapide, s'aligne sur les modèles occidentaux de véhicule de combat de l'infanterie mécanisée mais s'apparente peu, par ailleurs, à un engin de mêlée.
Variantes :
BMP-2D : blindage supplémentaire sur la tourelle, système de nettoyage de mine situé sous le nez du véhicule
BMP-2K : version commandement, avec des équipements de communications supplémentaires
BVP-2 : Version tchécoslovaque
 
Armement
Canon de 30 mm automatique,mitrailleuse 7,62 mm, missile antichar AT-5 ou AT-4.
Pays utilisateurs
Afghanistan, Algerie, Angola, Armenie, Azerbaijan, Belarussie, Finland, Iran, Iraq, Jordanie, Kazakhstan, Kuwait, Slovakia, Syria, Ukraine, Uzbekistan, Yemen.
Equipage
3 + 6 hommes
Equipements
Lance-grenades fumigènes et obus de mortier, sytème de vision nocturne, et de tir.
Blindage
23 à 33 mm maximum
a
Poids
13.800 kg
a
a
a
Vitesse
80 km/h
Autonomie
500 km
a
 
 
Identification

 Retour Menu

Armement
Canon fin et long , en position avant le bout du canon arrive à hauteur de la moitié de la partie avant du glâcis du véhicule.
Tourelle
Située au milieu de la coque du véhicule et en forme de poële renversée, c'est une tourelle biplace avec sur la partie gauche du toit, le lance missile AT-5 (Spandrel), le chef de char est à droite et le tireur à gauche.
Châssis
de forme rectangulaire avec un glâcis incliné et strié, le chauffeur se trouve à l'avant gauche, derrière l'écoutille du chauffeur, on trouve une autre écoutille rectangulaire pour un soldat supplémentaire, à l'arrière et sur le sommet de la coque on trouve 2 écoutille ovales. A l'arrière gauche et droit du sommet de la coque et devant les écoutilles on trouve 3 épiscopes. L'arrière du véhicule dispose  de 2 portes bombées qui servent de réservoirs.
Train de roulement
La suspension est composée de 6 roues de route et 3 galets supports. Des plaques de protection protègent le train de roulement, la partie avant de celles-ci est plus large pour protéger le barbotin.
Accessoires
On trouve 3 lance-grenades fumigènes à l'arrière gauche et droit de la tourelle, une antenne radio située à l'arrière droit de la tourelle. Un gros phare IR à droite du canon et un autre devant l'écoutille du chef de char, celle-ci s'ouvre vers l'avant, devant l'écoutille de gauche de la tourelle un gros épiscope rectangulaire ( Système de Tir ).
 
 
Détails à observer
 

  Retour Menu

1. Phare IR placée à droite du canon.
2. Petit phare IR placée à l'avant droit sur le toit de la tourelle.
3. Trois lance grenades fumigènes sur le flanc gauche et droit de la tourelle.
4. Plaque pare vague sur la partie supérieure de l'avant de la coque.
5. Deux portes d'accès de forme bombée à l'arrière de la coque.
a
6. Petite grille horizontale à l'arrière gauche et droit de la coque, à hauteur de la partie supérieure des chenilles.
7. Plaque de blindage placée sur la partie supérieure du train de roulement, striée horizontalement sur toute la longueur.
8. Six roues de route avec galets supports.
9. Deux trappes de tir à l'arrière sur le flanc gauche et droit.
10. Support d'antenne à l'arrière droit de la tourelle.
 


 
 
Galerie photos
 

  Retour Menu

 
 
     
 

 

This website uses cookies to manage authentication, navigation, and other functions. By using our website, you agree that we can place these types of cookies on your device.